LES GRANDS PROJETS URBAINS A LYON

Le Site de référence pour parler des grands projets architecturaux et environnementaux du Grand LYON
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Port de Lyon Edouard Herriot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Port de Lyon Edouard Herriot   18/4/2007, 12:31

Article du 11/12/2006

La CNR inaugure son 2e terminal à conteneurs au Port de Lyon Edouard Herriot


Des partenariats passés en 2002 faisant de Lyon le port avancé de Marseille ont permis une forte progression du trafic fluvial. Depuis 2004, le Port de Lyon Edouard Herriot (PLEH) est le 1er port intérieur français pour le trafic de conteneurs tous modes confondus. En 6 ans, le trafic global par voie d’eau a doublé. 1,25 million de tonnes de marchandises ont été traitées en 2005. Sur les 182 649 EVP1 tous modes confondus enregistrés au port en 2005, 51 000 EVP ont été transportés sur le fleuve et dès 2010 le port devrait gérer 100 000 conteneurs par an sur l’axe Rhône-Saône.
Pour absorber l’augmentation du trafic conteneurs, favoriser le développement du transport fluvial et participer au désengorgement de l’axe routier « nord-sud », la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) met en service son 2e terminal au PLEH. Michel Margnes, Président Directeur Général de la CNR et Gérard Mestrallet, Président Directeur Général de SUEZ l’ont inauguré samedi 9 décembre en présence de Dominique Perben, Ministre des Transports, de l’Equipement, du Tourisme et de la Mer, Jean-Jack Queyranne, Président du Conseil-Régional Rhône-Alpes et Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon.
Situé à 500 mètres du Terminal 1, cette nouvelle plateforme, gérée et exploitée par Lyon Terminal2, comprend :
- 8,5 ha de surface de stockage pour les conteneurs
- une desserte ferroviaire pour la réception d’un train de 830 m de long et de capacité de 80 EVP.
- une desserte routière (grâce à l’aménagement du quai de Beaucaire) et une aire de chargement.
- un accès au fleuve : un nouveau quai de déchargement de 200m pour l’accostage de 4 barges3 et de 2 pousseurs où est implanté un portique mobile (longueur : 87 m, poids : 600 tonnes) pouvant se déplacer sur toute la longueur du quai et effectuer environ 25 manutentions (d’une charge de 40 tonnes) à l’heure.
Particulièrement adapté au transport massifié4, cet aménagement permet de doubler la capacité de stockage du port lyonnais, qui peut désormais traiter jusqu’à 400 000 EVP par an. La CNR entend ainsi inciter les entreprises à utiliser le transport par voie d’eau et hisser le PLEH au niveau des grands ports fluviomaritimes européens. Son développement et la mise en service de son nouveau terminal devraient également générer des créations d’emploi et contribuer au dynamisme économique de la région Rhône-Alpes.

Le transport fluvial, enjeu majeur de la stratégie de développement durable de la CNR
En dotant le PLEH d’un nouvel équipement performant, la Compagnie Nationale du Rhône contribue au développement du transport fluvial. Mode fiable, sûr, peu polluant et économiquement performant, il participe à la diminution du trafic sur l’axe routier Nord–Sud (un convoi de 2 barges = 300 conteneurs = 300 camions = 4 trains) et de ce fait à la réduction de la pollution atmosphérique (avec 5 litres de carburant par tonne de marchandise, une barge parcourt 5 fois plus de distance qu’un camion et le transport fluvial rejette 4 fois moins de dioxyde de carbone que le transport routier5).
Un chantier unique tant par sa prise en compte environnementale que par la performance des techniques utilisées
Impliquée, comme son actionnaire de référence SUEZ, dans une démarche de développement durable, la Compagnie a mis en œuvre tout au long du chantier des solutions qui protègent et améliorent l’environnement.
D’une part, la construction de son 2e terminal s’est faite sur des terrains qu’elle a dépollués. Mené en collaboration avec SITA, cet important chantier de dépollution se poursuivra jusqu’en 2007.
D’autre part, lors de la réalisation de la plateforme de stockage, la Compagnie a opté pour l’utilisation d’enrobés tièdes à l’aspha-min : un procédé industriel novateur, développé par Eurovia, réduisant la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre. Les 11 700 tonnes d’enrobés appliqués sur les 10 ha du terminal en ont fait le plus gros chantier de ce type en Europe.
Cet investissement d’environ 16,5 M€ est financé à hauteur de 60 % par la Compagnie (10 M€) qui en assure la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage, et à 40 % par l’Etat (3,3 M€) et la Région (3,3 M€). Dans le cadre de son plan de missions d’intérêt général, la CNR a ainsi consacré, depuis 2004, 35 M€ en faveur de la navigation et de la voie d’eau.

Avec ce nouvel équipement, la CNR traduit sa volonté de contribuer à la pérennité d’un environnement riche et équilibré ainsi qu’au développement socio-économique du territoire. La Compagnie a d’ores et déjà engagé une réflexion avec ses partenaires pour favoriser l’émergence de nouvelles plateformes multimodales : connexion de Salaise-Sablons et de Portes-lès-Valence. D’autres actions sont menées pour accroître les zones portuaires multimodales privilégiant la voie d’eau comme l’aménagement d’une zone publique au port de Loire sur Rhône et de Beaucaire, une aide financière à la rénovation de la cale de halage d’Arles, des encouragements financiers aux amodiataires qui utilisent le fleuve.


Le deuxième terminal en chiffres
- 24 mois d’études, d’enquête (Septembre 2003 à septembre 2005)
- 18 mois de construction (Mai 2005 à novembre 2006)
- 31 mois de dépollution (Juin à septembre 2005, janvier à mars 2006, 24 mois de suivi)
- 2 mois d’essais (Décembre 2006 à janvier 2007)
- mise en service industrielle : février 2007
- capacité de traitement des conteneurs : jusqu’à 200 000 EVP
- relié à 550 km de voies d’eau (Rhône-Saône) à grand gabarit




1EVP : Equivalent Vingt Pied est une unité de mesure de conteneur.
2Lyon Terminal : Filiale de la CNR (54%), Lyon Terminal est une société anonyme créée en 1993.
3Un convoi d’une barge équivaut à 150 EVP, soit 150 camions.
4Le transport massifié ou combiné se caractérise par l’utilisation d’au moins 2 modes de transport, l’unicité du conditionnement de la marchandise et se structure autour de 3 principales périodes : le pré-acheminement, le transport principal et le post-acheminement.
5source ADEME, VNF.

A propos de la Compagnie Nationale du Rhône (CNR)
Premier producteur français d’énergie exclusivement renouvelable, la CNR est le pôle d’excellence hydraulique du groupe SUEZ en France. Elle agit depuis sa création en faveur du développement durable comme en témoignent ses actions et orientations dans ses différents métiers, cohérente en cela avec la culture de son actionnaire de référence SUEZ. En 2004, la Compagnie s’est engagée dans un programme ambitieux de missions d’intérêt général à agir en faveur du développement du transport fluvial, de l’optimisation de la production d’hydroélectricité, de l’environnement et de l’ancrage local. 125 M€ sont ainsi mobilisés par la CNR pour la réalisation de ce plan (2004-2008).
Chiffre d’affaires 2005 : 458,6 M€ - Résultat net 2005 : 81,4 M€ - Effectif au 30 septembre 2006 : 1163 agents

http://www.lyon-communiques.com/communique.php?id=9398
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Port de Lyon Edouard Herriot   20/4/2007, 13:43

Port Edouard Herriot : vers une recomposition dynamique de l'espace portuaire

Situé au Sud de l'agglomération lyonnaise et poumon économique du Grand Lyon, l'espace industriel et portuaire de "Lyon Port Edouard Herriot" est en constant développement depuis 1937. Son aménagement et son exploitation ont été confiés à la CNR Compagnie Nationale du Rhône. En 2005, tous modes de transport confondus, plus de 10 millions de tonnes de marchandises y ont été traitées et le trafic par voie d'eau a atteint les 1,25 millions de tonnes. Le transport de conteneur par voie fluviale y a explosé : 4000 EVP en 2001, 50797 EVP en 2005, explosion notamment due au rôle de port avancé pour le Port autonome de Marseille et au partenariat entre celui-ci et la Société Lyon-terminal (filiale de la CNR créée en 1992) qui exploite le terminal conteneur. Dés lors la réalisation d'un terminal s'imposait, 2eme terminal conteneur qui vient d'être inauguré en décembre 2006. Cet aménagement permet de doubler dés maintenant la capacité de stockage du port lyonnais pour la porter à 400 000 EVP par an.

La nécessité du développement de cette plateforme multimodale que constitue le Port de Lyon Edouard Herriot est partagée par l'ensemble des acteurs (Etat, Région, Ville et Communauté Urbaine, VNF, CNR) tant pour des raisons économiques qu'environnementales. Pour autant, les contraintes du site et la difficulté d'augmenter sa superficie ont amené ces acteurs à signer en septembre 2005 une charte partenariale qui conduira à redistribuer les activités présentes, sur la base d'une étude réalisée par la société Technip.

Le port accueille actuellement des activités à risque, dont notamment le stockage d'hydrocarbures liquides, difficilement compatibles avec l'environnement urbain proche, ainsi que des activités dont le lien avec la ville sont très divers. Plus de la moitié des concessions attribuées à ces différentes filières arrivent à échéance d'ici 10 ans. C'est l'occasion de redéfinir les usages des espaces portuaires et d'y privilégier les activités ayant recours au fluvial ou ayant vocation à acheminer les marchandises destinées à l'agglomération lyonnaise. Ce recentrage sur la voie d'eau et la logistique urbaine conduit notamment à conforter l'activité conteneur, à préserver ou développer les filières matériaux de construction et déchets ménagers s'ils sont transportés par le fleuve. En l'absence de l'usage de cette voie d'eau, les produits métallurgiques neufs ou recyclés, l'agro-alimentaire ne seront, sauf exception, pas maintenus. La concession pour les hydrocarbures liquides court jusqu'en 2023. Pour autant le transfert de ces stockages dangereux sera étudié dès que possible, répondant ainsi également à la pression d'un environnement urbain proche, libérant ainsi les 20,6 ha qu'ils occupent aujourd'hui. L'ouverture au public d'une partie de son espace, la fonction de "port public", est également réaffirmée et conduira également à un nouveau mode de gestion de cet espace industrialo-portuaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Port de Lyon Edouard Herriot   2/7/2008, 11:20

Les bateaux ont le vent en poupe


Chaque année, 82 000 tonnes de marchandises devraient être retirées des routes pour être acheminées par bateau. Hier, six enseignes régionales de la grande distribution se sont engagées à privilégier désormais l'utilisation de l'axe fluvial Rhône-Saône pour transporter leurs stocks non alimentaires. Et ce, à travers un protocole d'intention signé au port Edouard-Herriot (7e) avec l'Etat, les Voies navigables de France (VNF) et la Compagnie nationale du Rhône. Une alternative à la route, par laquelle sont acheminées 80 % des marchandises, qui présente l'avantage d'être moins polluant, un convoi fluvial générant quatre fois moins de CO2 qu'un poids lourd.

« Cela représente l'économie en pétrole d'une ville de 10 000 habitants », indique le préfet de région Jacques Gérault, soucieux que d'ici à cinq ans, le trafic par barge double pratiquement entre Marseille et Lyon. Ce dernier pourrait ainsi passer de 7 millions de tonnes transportées par an à 12 millions, soit 200 000 poids lourds de moins en circulation, sans qu'aucun investissement supplémentaire ne soit nécessaire. « La réserve de capacité disponible est trois fois supérieure au trafic actuel », confirme François Bodry, président de VNF. Signataire du protocole aux côtés de Carrefour, Leroy-Merlin, Ikéa, Casino et Conforama, Auchan utilise depuis 1995 le trafic par voie d'eau et achemine aujourd'hui ainsi deux tiers de ses produits importés. « Cela fonctionne pour un coût presque équivalent à la route », note Léandre Bou-lez, directeur général de l'im-port-export. Dès le mois de septembre, la préfecture ira à la rencontre d'autres entreprises pour les sensibiliser au trafic fluvial.



Elisa Frisullo - ©2008 20 minutes

Source:
http://www.20minutes.fr/article/240435/Lyon-Les-bateaux-ont-le-vent-en-poupe.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: Port de Lyon Edouard Herriot   18/11/2008, 12:12

Le port Edouard-Herriot prépare son évolution

Alors que le port Edouard-Herriot va fêter ses 70 ans, la CNR réfléchit aux aménagements à venir : construction de services, renforcement des activités fluviales et améliorations visuelles.


Rendu tristement célèbre par l’explosion de 1987, le port de Lyon est aujourd’hui en plein développement. Ce qui l’amène à mener une réflexion sur son avenir.

« Nous avons fixé deux objectifs au redéploiement du port » révèle Michel Cote, directeur délégué au développement économique à la Compagnie nationale du Rhône (CNR). « Définir d’abord des grandes activités en privilégiant celles qui utilisent la voie fluviale. C’est une condition posée aux nouveaux clients du port. Nous visons aussi une meilleure intégration du port dans son environnement, tout en conservant sa fonction sociale qui est l’approvisionnement de la ville de Lyon à l’importation tout en permettant aux PME d’exporter ».

Pour ce faire, la CNR a signé une charte architecturale avec les acteurs publics. Et envisage des modifications sur le site. « Nous étudions la création d’une zone d’accueil des mariniers à l’horizon 2010 », détaille Michel Cote.

« Elle intégrerait une rationalisation de la restauration et un accueil proposé aux arrivants. Nous réfléchissons également, pour la période 2011-2012, à un travail sur l’entrée du port. On peut imaginer la construction d’immeubles HQE de bureaux, avec de la restauration, un hôtel, voire des magasins. Ce projet serait compatible avec le plan de prévention des risques technologiques ».

L’image que donne le port à l’extérieur devrait par ailleurs faire l’objet d’améliorations. « Les premières vont concerner des «cônes d’entrée», notamment depuis le périphérique », confie le directeur délégué de la CNR. « Il y en aura un créé dès 2009 pour redonner un accès visuel à l’eau aux automobilistes qui arrivent du périphérique. Nous sommes ici dans un port, c’est ce que l’on veut affirmer et afficher. »

La deuxième étape pourrait consister en une mise en lumière de la façade sud, celle qui donne sur le Rhône, visible depuis l’autoroute A7.

Quant aux cuves de pétrole, dont le déménagement est régulièrement évoqué, elles resteront sur place au moins «jusqu’en 2023, date de la fin de la concession », annonce Michel Cote. « Trois millions de tonnes de pétrole arrivent dans ces cuves par pipeline, c’est ce qui permet la desserte de l’agglo avec une incidence carbone zéro sur la pollution. N’oublions pas que notre fonction première est l’approvisionnement de la région lyonnaise. »

Une fonction qui perdure depuis 70 ans : l’anniversaire devrait être fêté le 8 décembre.

François Guttin-Lombard


Sévère recul pour l’activité conteneurs

Sur une pente ascendante depuis des années (2 000 conteneurs fluviaux en 2001, 60 000 en 2007), l’activité conteneurs du port devrait chuter de 40 % en 2008.

La faute certes un peu à la crise financière, mais surtout, selon Michel Cote, « aux craintes générées par la réforme portuaire sur les chargeurs, et notamment la grande distribution ».

En clair, les grands groupes français, craignant des grèves sur le port de Marseille, point de passage obligé jusqu’à Lyon, ont préféré faire accoster les bateaux en provenance d’Asie à Rotterdam ou à Anvers.

Conséquence pour Edouard-Herriot ; le terminal 2, inauguré en février, connaît un remplissage « moins rapide que prévu ». Cette baisse de l’activité a quelque part rendu service au port en « amortissant » la panne survenue au Terminal 1, qui est à l’arrêt pour près de six mois.

F.G.L.

Source: Le Progrés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Port de Lyon Edouard Herriot   

Revenir en haut Aller en bas
 
Port de Lyon Edouard Herriot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 2009: Le 23/07 vers 21h45 - photos prise a lyon (69)
» 12heures d'hospitalisation maximum.
» Affectation à Nogent-sur-Oise
» Charles-Edouard
» moyenne température annuelle à Lyon Bron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES GRANDS PROJETS URBAINS A LYON :: Transports: Evolution des axes routiers, transports en commun, aeroport, gares...-
Sauter vers: