LES GRANDS PROJETS URBAINS A LYON

Le Site de référence pour parler des grands projets architecturaux et environnementaux du Grand LYON
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
final morfalix

avatar

Nombre de messages : 271
Age : 26
Localisation : venissieux
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   10/5/2006, 17:48

bonjour

pour ceux qui ne savent pas, un vaste projet (actuellement en cours de travaux) de liaison ferroviaire entre lyon et turin pour le transport de marchandises est actuelement en cours mais apparement, ca sent l'abandon ce qui est normal pour un projet de cette envergure dont le coût s'eleve a plusieurs milliards d'euros. Le tunel sous la manche n'est qu'un petard mouillé a coté du tunnel sous les alpes de 43 kilometres qui devrait etre creusé pour cette ligne ferroviaire...

mais ce que je voulais savoir c'est quelles seront les retombées économiques sur lyon?? un réel bouleverssement ou juste un petit choc (je parle biensur de retombées economiques positives)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bis
Admin


Nombre de messages : 1243
Age : 35
Localisation : Lyon 8
Date d'inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   11/5/2006, 12:00

Voilà un document concernant le projet...



http://www.transalpine.com/docs/autour/question_autour_du_lyon-turin.pdf

Quelques Infos sur le tunnel :

Longueur de 53,1 km
Entrée coté France à St Jean de Maurienne (altitude de 570 mètres)
Pente maximale de 6,5% (coté français)
Pente maximale de 8,4% (coté italien)
Entrée coté Italien à Venaus (altitude de 580 mètres)



2006
Février - Décision ministérielle arrêtant le tracé de l'itinéraire fret pour les accès français.
Mise en service de la liaison Turin-Novare.
Lancement de l'enquête d'utilité publique relative au tronçon international.
Décision de l'orientation budgétaire de l'Europe pour la période 2007 - 2013.

2007
Avenant au traité franco-italien.

« Seul un avenant au traité international entre la France et l'Italie fixant les modalités de réalisation de l'ouvrage, permettra le démarrage véritable de ce grand chantier »
Raymond Barre, Président du Comité pour la Transalpine

2009
Mise en service de la ligne Turin - Milan.

2010
Engagement des travaux de construction du tunnel transfrontalier.

2018
Mise en service de la liaison ferroviaire Transalpine Lyon-Turin.

Cependant je ne sais pas ou en est réellement le projet... Il faudrait se renseigner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyon-urbanisme.superforum.fr
Bis
Admin


Nombre de messages : 1243
Age : 35
Localisation : Lyon 8
Date d'inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   12/5/2006, 16:33

Le tunnel et projet Lyon - Turin abandonné ??

Certains partisans du projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin laissent entendre que la récente décision de percer une galerie de sécurité de 8 mètres de large, près du tunnel du Fréjus, est en train d’enterrer le projet. Cette décision qui a été rendue publique le 28 avril laisse penser que le Tunnel du Fréjus pourrait être doublé, concurrençant ainsi l’ouvrage ferroviaire…

Du côté des opposants au projet, on se réjouit de voir la France et l’Italie revenir à la raison, alors qu’elles ont actuellement beaucoup de difficultés financières, notamment pour respecter les critères européens de déficit public.

Alors, bruit de couloir, ou manière détournée de tout faire arrêter alors que la machine semblait enfin lancée ?

Source « Le Progrès »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyon-urbanisme.superforum.fr
Bis
Admin


Nombre de messages : 1243
Age : 35
Localisation : Lyon 8
Date d'inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   22/5/2006, 19:01

Lancement de l'enquête publique du tunnel Lyon-Turin
Le ministre des Transports, Dominique Perben, a annoncé que l'enquête publique sur le tunnel transfrontalier de la future ligne ferroviaire grande vitesse Lyon-Turin sera lancée mardi 22 mai 2006.

Cette enquête d'utilité publique "représente une étape concrète et significative en vue du lancement de l'opération en 2010" et "concrétise l'engagement pris par Dominique Perben et son homologue italien (Pietro Lunardi) à l'égard de la Commission européenne l'été dernier", selon un communiqué.
La liaison ferroviaire, qui mettrait Turin à moins de deux heures de Lyon mais ne devrait pas être achevée avant 2020, comprend un tunnel de 53 km de long entre Saint-Jean de Maurienne (Savoie) et Venaus (Italie).
Le projet de ligne TGV Lyon-Turin est contesté en Italie par une partie de la population de la vallée de la Suse, qui craint la présence d'amiante et d'uranium dans les roches de la montagne où doit être creusé le tunnel.
Le coût total du projet Lyon-Turin est estimé à 12,5 milliards d'euros, dont 6,7 milliards d'euros pour le tunnel. Il devrait être financé à hauteur de 20 à 50% par l'Union Européenne.

Article de Lyon Plus du 22/05/2006

Lyon-Turin première étape

Aujourd'hui débute l'enquête publique sur une liaison ferroviaire controversée.

Le lancement aujourd'hui de l'enquête publique, en France, de la partie transfrontalière du projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin constitue une étape importante. Elle prendra fin le 30 juin prochain et concerne toute la partie du projet située entre Saint-Jean-de-Maurienne et la frontière franco-italienne. Seize communes sont concernées par le projet présenté par LTF (Lyon Turin Ferroviaire) dont le dossier est consultable dans chacune de leur mairie ainsi qu'à la Préfecture de Savoie et à la Sous-Préfecture de Saint-Jean-de-Maurienne. Phase indispensable de la procédure, cette enquête donne l'opportunité de prendre connaissance dans le détail du projet mais aussi de formuler son avis sur celui-ci. Une procédure comparable doit se dérouler ultérieurement dans la partie italienne impactée. L'objectif est qu'une Déclaration d'utilité publique puisse être prise en 2007 et que les travaux débutent en 2010 pour s'achever environ dix ans plus tard.


Dernière édition par le 24/5/2006, 19:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyon-urbanisme.superforum.fr
final morfalix

avatar

Nombre de messages : 271
Age : 26
Localisation : venissieux
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   22/5/2006, 19:07

C'est parfait tout ça... Very Happy il suffit plus que de donner un dossier béton aux habitants de la vallée de la Suze leur prouvant qu'il n'y a aucun danger et c'est bon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bis
Admin


Nombre de messages : 1243
Age : 35
Localisation : Lyon 8
Date d'inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   3/6/2006, 18:59

Ligne Lyon-Turin: "Le projet est dans sa trajectoire nominale"

L'enquête publique préalable à la déclaration d'utilité publique de la liaison ferroviaire Lyon –Turin est en cours depuis mardi 23 mai. Elle concerne la section transfrontalière: 74,6 km entre Saint-Jean-de-Maurienne en Savoie et Bruzolo dans le Val de Suse en Italie, dont le grand tunnel de base de 53 km et le tunnel de Busoleno de 12 km, en Italie. "Nous sommes dans la trajectoire nominale", a insisté François Lépine, président de Lyon Turin Ferroviaire (LTF), la structure qui porte le projet, lors d'une conférence de presse au siège de RFF à Paris. Utilisant cette comparaison avec le lancement d'une fusée, il s'est attaché à démontrer que le projet suit normalement son cours même si l'importance du projet (évalué à 7,6 milliards d'euros aujourd'hui, pour 13 milliards sur l'ensemble de la ligne) en étale le calendrier jusqu'en 2020, pour un début des travaux en 2010.

S'aidant de la carte et du planning, François Lépine a insisté sur l'enjeu environnemental de la future liaison fret: reporter le trafic de la route vers le rail préserve l'espace alpin et réduit les émissions de gaz à effet de serre, plaide le dossier d'enquête. Il rappelle que la France et l'Italie ont renoncé à la réalisation d'une nouvelle infrastructure routière alors qu'en 2004, 9 500 camions ont emprunté les divers passages entre les deux pays. Quant à la ligne existante, ses capacités seront renforcées au maximum à court terme mais pour en démontrer l'obsolescence, François Lépine évoque "la ligne de Cavour", l'homme d'Etat italien de la fin du XIXe siècle qui la fit construire. Seule la nouvelle liaison permettra un report modal de grande ampleur, souligne le dossier de l'enquête publique.
Engagée jusqu'au 30 juin, l'enquête publique de la section constitue "un événement considérable ", commente François Lépine. Elle doit conduire à la déclaration d'utilité publique, qui marque un engagement fort des Etats ". La commission d'enquête publique, présidée par l'ex-préfet Hélène Blanc, rendra ses conclusions avant fin 2006. La déclaration d'utilité publique pourrait intervenir courant 2007, après l'élection présidentielle. L'Italie mène dans le même temps sa propre procédure, avec l'ambition d'aboutir dans les mêmes délais: la France et l'Italie se sont engagées à déclarer conjointement l'utilité publique de l'ouvrage. Il faudra ensuite décider du montage juridico-financier du projet.

Le très volumineux dossier est consultable dans 16 mairies de Maurienne, en sous-préfecture de Saint-Jean-de-Maurienne et en préfecture de Savoie. Sur le terrain, les chantiers des descenderies de Modane (1 672 m excavés à la mi-mai), Saint-Martin-la-Porte (1 385 m), La Praz (215 m) se poursuivent, à Venaus, en Italie, les travaux n'ont pas encore commencé. "Ces 500 millions déjà engagés démontrent qu'il faut d'ores et déjà parler de Lyon-Turin comme d'un chantier", martèle François Lépine. L'un des chantiers du siècle assurément.
François Perrier

(23/05/2006) http://www.lemoniteur-expert.com/depeches/depeche.asp?id=D9858C5DA&acces=1

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyon-urbanisme.superforum.fr
final morfalix

avatar

Nombre de messages : 271
Age : 26
Localisation : venissieux
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   10/9/2006, 19:21

voila un site lu la liaison lyon turin

http://www.ltf-sas.com/pres-fr/trace-tgv-lyon-turin.php

on voit notament l'importance de cette ligne qui reliera deux ligne londre-lisbonne en passant par paris et lyon et la ligne kiev-turin en passant par milan ( lyon sera la correspondance de ces deux lignes, sacré avantage pour lyon) :

pour vous rendre compte

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kashikai

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Caluire
Date d'inscription : 29/08/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   10/9/2006, 23:02

c'est sur que cette liaison Lyon -Turin serait a long terme bénéfique, enfin j'espere.
Par contre, le cout des travaux est énorme...
Il ne faudrait pas que la région rhone alpes ne soit trop solicité.
De toute facon, c'est un projet a l'échelle nationnale.
mais il me semble quand meme que la région rhone alpes (et equivalent turin) doivent contribuée assez lourdement. Des infos?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
final morfalix

avatar

Nombre de messages : 271
Age : 26
Localisation : venissieux
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   10/9/2006, 23:39

kashikai a écrit:
c'est sur que cette liaison Lyon -Turin serait a long terme bénéfique, enfin j'espere.
Par contre, le cout des travaux est énorme...
Il ne faudrait pas que la région rhone alpes ne soit trop solicité.
De toute facon, c'est un projet a l'échelle nationnale.
mais il me semble quand meme que la région rhone alpes (et equivalent turin) doivent contribuée assez lourdement. Des infos?

tout ce que je sais, c'est que l'italie dit qu'elle a vraiment envie de mener a bien ce projet, et qu'elle y arrivera

voila une partie de la réponse: (article de 2003 Rolling Eyes )

Citation :
La région Rhône-Alpes, elle, a d’ores et déjà déboursé des dizaines de millions d’euros pour accompagner les études du projet. Et elle devrait continuer sur cette voie. « L’audit affirme que les infrastructures ne seront saturées qu’en 2015. Et alors ? Cela signifie-t-il qu’il faudra se dépêcher de faire en 2015 ce que l’on n a pas fait à temps ? Attendre 2015, c’est condamner le Grand-Est de la France » prévient la présidente Anne-Marie Comparini. « Certains maillons relèvent d’une dimension européenne que l’audit ne prenait pas en compte. Il considérait que le Lyon-Turin était une ligne TER entre Lyon et Turin... Par ailleurs, il ne savait pas faire le pari d’un transfert de la route vers le rail ».

Quant au financement, Anne-Marie Comparini, rappelle que " ce n’est pas un rêve d’avoir de l’argent privé sur ce projet, même si l’amortissement est très long. Des études d’ingénierie financière sont en cours avec de grandes banques françaises. Les ratios sont de l’ordre de 30 à 40% pour le privé, 20% pour l’Europe et 40% pour deux Etats. C’est donc jouable... Et j’ai signé en mars 2002 un protocole qui engage la région Rhône-Alpes à mettre 500 millions d’euros sur la section française ». Et de balayer d’un revers de manche élégant les conclusions de l’audit des Ponts et chaussées sur la faible rentabilité de l’ouvrage. « Cette étude est issue de la maison Bercy... La même qui avait décrété que le Minite ! ne marcherait pas et que personne ne monterait dans les TGV... ». La présidente de la région Rhône-Alpes réclame enfin des mesures énergiques pour faire diligence. « Nous avons déjà dépensé 120 millions d’euros en études. Cela suffit. On ne doit pas perdre du temps pour des problèmes techniques et par manque d’argent. Au moment du Ciadt de décembre, l’Etat français doit avoir pris toutes les mesures pour que le scénario de 2015 soit tenu ».

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grumpy
Actif Reporter 1
Actif Reporter 1


Nombre de messages : 50
Age : 57
Localisation : Oostende
Date d'inscription : 05/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   14/9/2006, 10:13

J'ai vu sur la carte que les TGV ne vont pas passer par le centre de Lyon...mauvaise idée a mon avis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.webshots.com/user/stefvdd
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   18/4/2007, 13:03

Projet Lyon-Turin

La liaison Lyon-Turin, située à l'intersection des axes Nord-Sud et Est-Ouest de l'Europe s'appuie sur la réalisation de deux tunnels, l'un de 53.1 km qui reliera Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) à Venaus (Val de Suse), et l'autre de 12.2 km entre Venaus et Bruzolo.



Le projet Lyon-turin se subdivise en trois sections mixtes qui permettront le transport de fret et de voyageurs :

- Une partie française, de Lyon à Saint-Jean-de-Maurienne (confiée à RFF)
- Une partie commune de Saint-Jean-de Maurienne à Bruzolo (confiée à LTF)
- Une partie italienne de Bruzolo à Turin (confiée à RFI)

Enjeux

Cette liaison constituera un maillon essentiel du réseau transeuropéen de transports, notamment en direction des nouveaux pays de l'Union. Elle assurera une meilleure connexion entre les bassins économiques de la vallée du Rhône (France) et de la Plaine du Pô (Italie), tout en permettant un réequilibrage des flux vers des modes de transport moins polluants. Ses enjeux sont de :

* Développer une offre de qualité (régularité, fiabilité et vitesse) qui crée les conditions d'un report de la route vers le rail dans les vallées alpines sensibles.
* Permettre aux voyageurs de traverser les Alpes dans les meilleures conditions, tout en assurant une desserte performante des grandes villes du sillon alpin.
* Sécuriser les déplacements sur l'arc alpin, dont la vulnérabilité est importante (accidents mortels du Mont-Blanc, du Fréjus, du Tauern et du Gothard

Coût

* Partie internationale comprenant le tunnel de base de 52 km de long, estimée à 6,7 milliards d'euros ;
* Coût total des aménagements d'accès français et italiens : environ 7 milliards d'euros.

Début de l'opération avant 2010

Le 17 février 2006, après une large consultation des élus, de la population et des associations, Dominique Perben a retenu le tracé des accès français entre Lyon et l'entrée du tunnel transfrontalier, concluant ainsi 10 ans d'études de recherche de tracés. L'enquête publique du tunnel transfrontalier s'est déroulée en 2006. Elle vise à obtenir, à l'horizon 2007, la déclaration d'utilité publique des travaux.

La France et l'Italie ont convenu à l'été 2005, de tout mettre en oeuvre pour permettre le lancement de l'opération en 2010.

Plus d'info:
http://www.transalpine.com/liaison_lyon_turin.htm

Source:
http://www.transports.equipement.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=2328
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   9/7/2007, 09:20


Liaison TGV Lyon-Turin: le nouveau tracé côté italien est prêt


Le nouveau projet de liaison ferroviaire à grande vitesse devrait être présenté le 18 juillet à Bruxelles



Le nouveau tracé, côté italien, de la future liaison ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin est désormais fixé et le projet sera présenté le 18 juillet à Bruxelles pour obtenir des financements européens, ont annoncé samedi plusieurs journaux italiens. Selon la Stampa et la Repubblica, le nouveau tracé évite la ville de Venauset, la vallée de Suse, lieux symboles de la contestation contre ce projet de liaison sous les Alpes.
Fin 2005, des échauffourées entre opposants et policiers dans la vallée de Suse avaient donné un coup d'arrêt au projet, largement accepté côté français. Le nouveau tracé ne varie pas du côté de l'hexagone et sur 46 km sous les Alpes mais s'infléchit vers la droite à partir de la frontière italienne pour déboucher près de la localité de Colombera di Chiomonte, dans la vallée voisine des Gorges de la Dora, selon les journaux.
Le nouvel itinéraire prévoit le franchissement des Gorges par un viaduc de 250 mètres de long pour rejoindre la plaine de Turin par une succession de deux tunnels d'une longueur totale de 32 km. Selon la Repubblica, la ligne sera enterrée sur 13 km là où elle se confond avec la ligne actuelle, car elle traversera des zones habitées.
La ligne Lyon-Turin figure parmi les engagements du gouvernement de Romano Prodi mais elle est aussi un point de friction avec la gauche radicale de sa majorité, qui a pris fait et cause pour les élus de la région.
La liaison TGV Lyon-Turin, dont le coût total est estimé à 12,5 milliards d'euros, ne devrait pas être achevée avant 2 020.
Elle est considérée comme une priorité par l'Union européenne dans le cadre du « couloir 5 », le projet de liaison ferroviaire Lisbonne-Kiev.


Source:
http://www.leprogres.fr/infosdujour/rhone/885121.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   17/7/2007, 11:06

Les travaux repoussés pour la ligne de TGV Lyon – Turin…
Le lancement des premiers travaux était prévu pour l’année 2009.

Mais ils ne devraient commencer qu’en 2011. C’est en tout cas ce que vient d’annoncer le ministère de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables. La France et l'Italie ont signé à Rome une demande conjointe auprès de l'Union européenne de 725 millions d'euros. Une somme destinée au financement de la partie commune de la liaison ferroviaire

Source:
http://www.mlyon.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   17/7/2007, 12:05

725 M d’euros de crédits européens pour le Lyon Turin 16/07/2007 20:26 (Par Pierre MELQUIOT)

Jean-Louis Borloo et Antonio Di Pietro ont cosigné une lettre à destination de la Commission européenne pour le financement du Lyon Turin. Jean-Louis Borloo, ministre d'État, ministre français de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables, et Antonio Di Pietro, ministre italien des Infrastructures, se sont rencontrés aujourd'hui à Rome pour signer la demande conjointe de financement à l'Union européenne pour le Lyon-Turin.

Les deux ministres ont trouvé un accord sur les nouvelles modalités financières et sur le calendrier de poursuite de ce projet. Ils ont également évoqué la nécessité de mesures de report modal à mettre en oeuvre sur les axe franco-italiens pour permettre sa réussite.

La lettre de demande de 725 millions d'euros à la Commission européenne pour la période 2007-2013 doit permettre l'engagement des premiers travaux dès 2011. Ce seront ainsi près de 2 milliards d'euros qui seront investis pour permettre le lancement des travaux du tunnel de base d'ici 2013. Ils ont également souligné que le projet ne pourra aboutir que si l'Union européenne apporte un soutien financier fort tant sur la période 2007-2013 qu'au-delà.

Les deux ministres ont souligné les avancées très significatives obtenues pour le projet sur le territoire italien suite à la mission confiée par le Gouvernement Italien au commissaire extraordinaire Virano qui permettent à la France et à l'Italie de confirmer leur engagement pour la réalisation de ce projet majeur.

Jean-Louis Borloo et Antonio Di Pietro ont convenu de mandater prochainement la Commission intergouvernementale du Lyon-Turin afin de préparer, sur les bases de l'accord trouvé aujourd'hui, l'avenant au Traité de Turin de 2001.

Jean-Louis Borloo a précisé que « ce projet est à mes yeux un projet exemplaire, car il va permettre un transfert vers le rail des trop nombreux camions qui traversent les vallées alpines. Cet engagement traduit l'objectif d'un report modal plus respectueux de l'environnement, au coeur de la politique développé par le MEDAD. Il s'inscrit pleinement dans les objectifs de la Convention alpine, qui vise à la fois la protection environnementale et le développement durable des Alpes. L'objectif est d'inverser la tendance entre le rail et la route pour les traversées alpines».

Source:
http://www.actualites-news-environnement.com/10662-Lyon-Turin.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   17/7/2007, 18:31

Encore un article, sur Le Monde cette fois:

La France et l'Italie relancent le projet ferroviaire Lyon-Turin
LE MONDE | 17.07.07 | 15h00 • Mis à jour le 17.07.07 | 15h00
ROME CORRESPONDANT

De Lyon à Turin, le plus court chemin passe par... Bruxelles. Il sera en effet bien difficile de réaliser sans les subsides de l'Union européenne (UE), d'ici à 2020, la liaison ferroviaire à grande capacité qui doit relier les deux villes et dont le coût est estimé à 12,5 milliards d'euros.

Le ministre italien des infrastructures et des transports, Antonio Di Pietro, devait remettre officiellement, mercredi 18 juillet, à Jacques Barrot, vice-président de la Commission européenne et commissaire chargé des transports, une demande conjointe des gouvernements français et italiens pour obtenir de Bruxelles une aide financière pour la réalisation de la partie commune du tracé, c'est-à-dire, essentiellement, le tunnel sous les Alpes.


M. Di Pietro et le ministre français de l'écologie, du développement et de l'aménagement durable, Jean-Louis Borloo, ont signé, lundi 16 juillet à Rome, la lettre par laquelle ils réclament à la Commission européenne 725 millions d'euros pour les travaux à réaliser dans la période 2007-2013.

Sur cette somme, 494 millions d'euros devraient revenir à Rome et 231 millions d'euros à Paris dans la mesure où la section dite "internationale" de la liaison ferroviaire, d'un coût total de 7,5 milliards d'euros, est financée à 63 % par l'Italie et à 37 % par la France.

La somme demandée correspond à environ 30 % de ce que les deux pays devraient investir au cours des six prochaines années. La signature du document commun, qui devait être une simple formalité, a fait l'objet d'une âpre discussion de dernière minute sur certaines modalités financières, en particulier sur le montant à demander à l'UE. Les Italiens l'auraient voulu supérieur, quand les Français plaidaient pour "une demande bien calibrée".

M. Borloo s'est réjoui de constater que "le projet est efficacement relancé", notamment grâce à "un portage puissant de l'Italie". Trois jours plus tôt, lors de la visite de François Fillon, à Rome, le chef du gouvernement italien, Romano Prodi, avait déjà tenté de rassurer son homologue français : "Je me suis engagé sur ce projet, l'Italie tiendra ses engagements", avait-il alors affirmé.

La demande de cofinancement présentée à Bruxelles est la première avancée concrète d'un dossier en panne depuis plusieurs années côté italien. Pour forcer le blocage des populations locales, des mouvements écologistes ou altermondialistes, et de certains partis de la majorité, le gouvernement de M. Prodi s'était engagé, le 13 juin, à proposer un tracé alternatif entre la frontière française et Turin.

Le document remis au commissaire Jacques Barrot comprend en effet l'esquisse d'un itinéraire passant plus au sud de la ligne initialement prévue. Le tunnel entre la France et l'Italie serait raccourci de 54 à 51,5 kilomètres, sortant à Chiomonte au lieu de Venaus, vallée devenue le symbole de la résistance à la "TAV", le "train à grande vitesse".

Pour Mario Virano, responsable de l'Observatoire technique pour la réalisation du Lyon-Turin, organisme créé en 2006 pour travailler à une solution de compromis, "quelque chose a changé, un dialogue s'est ouvert" avec les élus locaux. Selon lui, les vraies discussions sur le tracé définitif commenceront "probablement après l'été".

Pourtant, la fronde des opposants réunis dans des comités "No TAV" ne se dément pas. Ceux du Val Sangone, où devrait passer le futur nouvel itinéraire, ont adressé une pétition, le 11 juillet, au Parlement européen. Mardi 17 juillet, les conseils communaux de la basse vallée de Suse devaient se prononcer contre le dossier de financement transmis à Bruxelles.

Peu après l'annonce de l'accord signé par MM. Borloo et Di Pietro, un parti de gouvernement, Refondation communiste (PRC), a par ailleurs "confirmé le soutien au mouvement de lutte "No TAV"", précisant que la liaison Lyon-Turin était "inutile et nuisible".

Tout en affirmant sa "compréhension des oppositions et des contradictions locales", M. Borloo a souligné la dimension écologique d'un projet destiné à favoriser le transfert modal de la route vers le rail : "Des projets comme celui-là sont essentiels pour la réduction des émissions de CO2 et pour la sauvegarde de la planète à laquelle nous nous sommes engagés."

Les Italiens s'attachent pour leur part davantage au désenclavement géographique : ils présentent d'ailleurs à Bruxelles des demandes de subventions pour deux autres tunnels internationaux : le Trieste-Divaccia, à la frontière italo-slovène, sur le même tracé que le Lyon-Turin (Corridor V, Lisbonne-Kiev) et celui du Brenner, en partenariat avec l'Autriche (Corridor I, Berlin-Palerme).

Source:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-936344@51-912015,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bis
Admin


Nombre de messages : 1243
Age : 35
Localisation : Lyon 8
Date d'inscription : 03/05/2006

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   9/8/2007, 11:00

Lyon Turin avance sous les Alpes de quelques mètres par jour

L'une des trois descenderies de la partie française du tunnel de base sera achevée en septembre. Visite dans un chantier qui multiplie les prouesses techniques



Shot at 2007-08-09
Photo R. Mouillaud

Un technicien introduit un élément explosif liquide dans un trou du front de taille. Un autre composant explosif sera injecté, puis le détonateur. Ainsi de suite dans les dizaines de trous longs de cinq mètres percés par un engin à commandes numériques. Quand tout sera prêt, les hommes s'éloigneront, l'explosion sera déclenchée, la roche sera rapportée à la surface. La galerie aura avancé de cinq mètres. « En moyenne l'avancement est d'une quinzaine de mètres en trois jours » explique Xavier Darmendrail, géologue, responsable du Territoire pour la partie française de Lyon Turin Ferroviaire (LTF), société franco-italienne chargée d'étudier et de construire les descenderies de la partie binationale de Lyon-Turin.

La descenderie de Modane-Villarodin-Bourget, quatre kilomètres, part du versant rive droite de l'Arc pour plonger à plus de 300 mètres sous l'Arc. Du fort Marie-Christine qui domine la vallée, les responsables de LTF la décrivent plongeant sous le niveau du torrent pour rejoindre le point où devra passer le tunnel de 52 kilomètres ouvert à Saint-Jean de Maurienne.

Un centre ferroviaire à 300 mètres sous la vallée :


A l'aplomb de l'aval des forts d'Aussois, à environ 300 mètres sous le fond de la vallée sera creusé puis aménagé un noeud technique et ferroviaire : centre de services, voies permettant de passer d'un tube à l'autre à sens unique. « Deux voies de deux kilomètres, dans leur propre tube, permettront aux trains de fret de s'écarter pour laisser passer des TGV qui fileront à 220 kilomètres à l'heure » explique Jacques Ricard, de Lyon Turin Ferroviaire.
La descenderie de Modane permet de créer un front de percement, qui servira ensuite à la ventilation, mais aussi pour d'éventuels secours. On creuse aussi deux autres descenderies, à Saint-Martin la Porte et la Praz vers le futur tunnel, où deux fronts de tailles seront également créés. Les travaux y sont plus difficiles. Les terrains travaillent et il faut excaver un cylindre bien plus large que la dimension finale.
La pression de la montagne est absorbée petit à petit, retenue par des arceaux métalliques qui se ferment puis stoppée par d'épaisses couches de béton. Ces travaux sont plus lents, plus coûteux.
Des contraintes identiques pèseront sur la construction du tunnel de base qui apparaît seulement en trois dimensions sur les écrans des bureaux d'études. En septembre la descenderie de Modane rejoindra le point exact de jonction avec le futur tunnel. Les autres descenderies demanderont encore de très nombreux mois de travail.
Le percement reprendra en 2013, après la mise en place de nouvelles infrastructures annexes. Ils seront conduits par une société qui succédera à LTF. Ils avanceront à nouveau au rythme de sept à huit mètres par jour.
Ouverture attendue, à partir de 2020.

Michel Deprost
mdeprost@leprogres.fr


Le chantier préparatoire du tunnel de base de la liaison Lyon-Turin est expliqué au Centre d'exposition installé à la Rizerie, une ancienne rizerie au fronton de temple antique, située sur la rive gauche de l'Arc, à Modane, près de la bifurcation vers Aussois. L'exposition présente les travaux en cours mais aussi les travaux futurs du tunnel de base lui-même.
Echantillons géologiques, matériel, schéma, maquettes, films permettent de comprendre l'aspect technique du projet. Sont expliquées les parties italienne et française.
L'exposition présente aussi le projet Lyon-Turin dans sa totalité, en fait la liaison européenne Lisbonne-Kiev avec son insertion dans les grands couloirs de transport de notre continent.
L'exposition est ouverte du mardi au samedi (sauf les jours fériés) de 9 h 30 à 12 heures et de 14 h 30 à 18 h 30. Renseignements au 04 79 05 84 31 ou par courrier expo@ltf-sas.com.
Modane est accessible bien sûr par autoroute, mais aussi par le train, la Rizerie étant à quelques centaines de mètres de la gare.


Pour comprendre Lyon Turin, il faut d'abord adopter la bonne échelle. L'organisation des transports en Europe appelle des infrastructures à l'échelle du continent. Il faut comprendre que les dépenses sont énormes, prises en charges par plusieurs Etats (France, Italie), mais aussi par l'Europe. Cela prend du temps.
Et se construit par maillons. Lyon-Turin peut-être considérée comme un maillon - essentiel - d'une liaison Lisbonne-Kiev qui doit franchir les Alpes colonne vertébrale du continent pour réunir aux meilleures conditions économiques et environnementales des hommes et des économies qui échangeront davantage.
La liaison a une raison d'être européenne, elle a donc une section internationale, avec un tunnel de base long de 52 kilomètres. Sa pente maximale sera de 6,5 pour 1000 venant de France, de 8,4 pour mille venant d'Italie, contre 33 pour mille pour l'actuel tunnel du Mont Cenis. On obtient un gain d'énergie : une seule locomotive tire des trains plus longs.
Mais la partie centrale est alimentée en trafic par des sections nationales. En Italie, le tracé national est plus court, et comprend un tunnel. Les oppositions locales très vives ont diminué et un tracé sera défini dans le Val de Suse.
En France, où les Alpes et Préalpes sont plus larges, avec des vallées plus urbanisées et déjà plus congestion
nées, le dossier est plus compliqué. La partie française a donc une dimension régionale affirmée. L'idée est d'améliorer le transport ferroviaire dans le sillon alpin et du même coup d'amener du fret au tunnel. Réseau Ferré de France construira une ligne de fret de l'est lyonnais au sud de Chambéry, via un tunnel sous Chartreuse. Le bouchon Aix-les-Bains/Chambéry sera contourné.
Le trafic pourra ensuite sur 50 kilomètres suivre la voie actuelle avant de s'engager après 2020 dans le tunnel de base. Un tunnel sous Belledonne pourrait faire ensuite gagner quelques dizaines de minutes. Pour lui, aucune date n'est prévue.



Le Progrès du 9/08/2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lyon-urbanisme.superforum.fr
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   16/9/2008, 11:14

Lyon-Turin: lancement dès 2009 des premières acquisitions foncières

Le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Dominique Bussereau, a annoncé hier en Savoie un déblocage du projet du côté italien et le lancement dès 2009 des premières acquisitions foncières nécessaires à la réalisation du tunnel ferroviaire Lyon-Turin.

Le secrétaire d’Etat a également annoncé la mise en place, dès la fin des travaux de modernisation du tunnel du Fréjus, d’un nouveau service d’autoroute ferroviaire alpine, garantissant un accroissement du trafic par la hausse des fréquences et des distances parcourues.

Source: Le Progrés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   10/12/2008, 12:09

Lyon-Turin: «Signer le début des travaux au prochain sommet franco-italien»

Trois questions à Jean-Luc Guyot, délégué général de la Transalpine (Lyon-Turin).

> La liaison Lyon-Turin a été citée par Nicolas Sarkozy lors de la présentation du plan de relance. C’est encourageant pour ce projet que votre association défend ?

Oui, tout à fait. Côté français depuis un an, la DUP a été prise pour la partie internationale qui comprend le tunnel transfrontalier. En Italie, le tracé dans le Val de Suse a été remis en cause mais le dialogue a repris. On a perdu deux à trois ans. Les Italiens réfléchissent désormais en englobant toute l’aire de transport de Turin. Il y a déjà eu des engagements, mais il est impératif qu’au prochain sommet franco-italien un maître d’ouvrage soit désigné et que la date de début des travaux soit signée. Les travaux doivent commencer avant 2013. On peut imaginer une mise en service à l’horizon 2020-2023.

> La France doit avancer aussi sur les accès à la partie internationale ?

Le tracé est approuvé depuis plus d’un an. Il serait nécessaire que l’enquête publique se déroule en 2010 pour obtenir une DUP en 2011, c’est aussi très important.

> Vous espérez également que le contournement ferroviaire de Lyon progresse ?

Ce n’est peut-être pas le plus simple, mais c’est le plus urgent. Il faut lancer l’enquête publique au nord même si le tracé sud n’est pas complètement arrêté.

Propos recueillis par François Samard

Source: Le Progrés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marvin'

avatar

Nombre de messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 08/02/2008

MessageSujet: LGV LYON-TURIN   23/9/2009, 17:43

COMMUNIQUE DE PRESSE
22 septembre 2009
LYON-TURIN : LES DEUX COMITES DEMANDENT AUX GOUVERNEMENTS D'ACCELERER
LE PLANNING DES TRAVAUX

A l’occasion d’un Conseil d’administration exceptionnel, Franck Riboud, Président du Comité pour la Transalpine, a accueilli à Chambéry les deux nouveaux co-présidents du Comitato Transpadana Luigi Rossi di Montelera et Antonio Paoletti.

Les deux exécutifs ont décidé de renforcer leur collaboration historique et rappellent la cohésion sans faille depuis les années 90 des partenaires économiques et politiques autour du projet Lyon-Turin.

Le tunnel international (57 km)

La première phase du chantier du Lyon-Turin s'achève cet automne avec la fin du percement des trois descenderies en France. Un million de m3 de déblais ont été excavés sans aucun incident majeur pour l'environnement de la Maurienne.

Les deux comités ont pris bonne note de la volonté des deux gouvernements, réunis à Rome le 24 février dernier, de signer un nouvel accord intergouvernemental à l'occasion du prochain sommet franco-italien (en complément au traité bilatéral de Turin du 29 janvier 2001).

Ils resteront vigilants à ce que cette signature intervienne sans nouveau retard.

En particulier la création du nouveau promoteur qui va succéder à LTF (Lyon Turin Ferroviaire) ne peut plus attendre, et devient une condition impérative pour sécuriser non seulement la subvention d'un montant de 672 millions d'euros obtenue pour la période budgétaire 2007-2013, mais aussi de conforter la poursuite de l'aide substantielle apportée par l'Union européenne au titre des projets prioritaires.

Les deux ministres des transports se sont en effet engagés à respecter le planning très serré de démarrage des travaux du tunnel de base d'ici 2013. Le nouveau promoteur sera l'instrument opérationnel de mise en oeuvre de cet engagement des deux Etats.

Les accès nationaux

Concernant les accès nationaux, la mise au point d'un nouveau tracé côté italien se poursuit sous la conduite du commissaire Mario Virano et, de son côté, le gouvernement français a approuvé le tracé entre Lyon et la Maurienne, lequel devra être soumis à enquête d'utilité publique en 2010.

Il est rappelé que :

Le futur chantier va nécessiter entre 6 et 10.000 emplois pendant près d'une dizaine d'années et participera à la relance de l'économie nationale des deux pays,
dès son ouverture, la liaison Lyon-Turin permettra de soulager les traversées alpines d'au minimum un million de camions par an.
Les deux comités seront présents aux "Ten-T days" organisés par la Commission Européenne à Naples les 21 et 22 octobre pour rappeler les enjeux de la liaison Transalpine Lyon-Turin. Le Comitato Transpadana tiendra par ailleurs un séminaire à Trieste fin octobre relatif à la liaison avec la Slovénie.

Le Comité pour la Transalpine et le Comitato Transpadana restent entièrement mobilisés pour faire aboutir la réalisation du Corridor 5 qui reliera à terme Lisbonne à Kiev en concertation avec les acteurs des territoires concernés. Ils appuient sans réserve les efforts du coordinateur L.J. Brinkhorst pour surmonter les réticences nationales ou locales et faire bénéficier les générations futures d'une liaison ferroviaire fret et voyageurs d'une qualité à la hauteur des enjeux tant économiques qu'environnementaux du XXIème siècle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antho
Admin
avatar

Nombre de messages : 1100
Age : 38
Localisation : Lyon 04
Date d'inscription : 30/03/2007

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   8/3/2010, 21:16

Réalisation progressive des tracés d'accès au tunnel Franco-Italien:







Source:
http://www.rff.fr/reseau/projets/nouvelles-lignes/lyon-turin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
allezol69003
Actif Reporter 1
Actif Reporter 1
avatar

Nombre de messages : 237
Age : 107
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 14/11/2009

MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   9/4/2010, 19:21

Lyon-Turin : nouveau départ

le 09.04.2010 04h00

La liaison ferroviaire Lyon-Turin, maillon essentiel d'un réseau reliant le sud et l'est de l'Europe, avance depuis des années à pas comptés

Les États français et italien se sont engagés en faveur d'un projet que l'Europe a classé parmi ses priorités.

La France et l'Italie, après avoir résolu les questions juridiques, administratives et financières pour construire le tunnel dit de base, long de 57 kilomètres traversant les Alpes, doivent toutefois commencer les travaux d'ici fin 2013 pour obtenir des aides européennes pour cette première phase de chantier.

À lui seul, ce tunnel coûterait entre 8 et 9 milliards et si le calendrier est respecté, la ligne dont l'intérêt fret est primordial, pourrait ouvrir à l'horizon 2023. Côté français, la dernière des trois descenderies qui permettront d'engager les travaux et serviront ensuite notamment d'issues de sécurité, sera prochainement achevée. Les tracés d'accès en France au tunnel de base doivent faire l'objet d'une enquête publique sur laquelle travaille actuellement RFF.

« Côté italien, du retard a été pris mais on assiste à un déblocage » se réjouit Jean-Luc Guyot, délégué général de l'association « La Transalpine » ajoutant « la situation est restée figée entre les deux olympiades, celles de Turin et Vancouver ». Face la volonté affichée de réaliser la liaison tant au niveau national que régional, des opposants déterminés ont fait entendre leur voix dans la vallée de Suse, appuyés par les mouvements écologistes transalpins.

Le tracé envisagé en Italie a été modifié. Aucune décision ne devrait toutefois être annoncée sur ce point lors du sommet franco-italien car ce n'est qu'en juin que le nouveau tracé projeté doit être finalisé et chiffré.

http://www.leprogres.fr/fr/permalien/article/2968444/Lyon-Turin-nouveau-depart.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.empireimmo.com/inscription.php?p=flop
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN   

Revenir en haut Aller en bas
 
PROJET FERROVIAIRE LYON-TURIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mgr Jean-Pierre Batut ( Lyon), pointe les mensonges du projet de loi sur le mariage.
» Publication du projet pour les TZR de l'académie de Lyon : des nouvelles ?
» [Pétition] Affectation des TZR à Lyon : un projet dangereux !
» Lyon : publication du projet de mouvement intra ?
» projet de fin d'etude economie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES GRANDS PROJETS URBAINS A LYON :: Transports: Evolution des axes routiers, transports en commun, aeroport, gares...-
Sauter vers: